La vie a encore une fois de plus changé d’idée

J’ai hésité longtemps avant de vous parler de mes fausses-couches parce que c’est un sujet très personnel qui est encore difficile pour moi, mais j’avais quand même vraiment envie de faire une vidéo sur le sujet parce que les fausses-couches arrivent souvent et que ça m’est arrivé à moi et à certaines de mes amies et je sais à quel point c’est difficile à surmonter. Je me suis dit que si je pouvais vous apporter un peu de réconfort, du soutien, vous laissez savoir que vous n’êtes pas seule à traverser cela et vous donnez des trucs qui j’espère vous aiderons, eh bien ce sera déjà beaucoup.

Par où commencer, eh bien j’ai fait 3 fausses-couches, dont une récemment. J’en ai fait deux avant de tomber enceinte de Charlie-Anna. Je l’ai presque perdu elle aussi. À 8 semaines je me suis mise à avoir des saignements importants, je me suis rendu à l’hôpital, ils ont fait les tests et m’ont annoncé que j’avais perdu mon bébé et que je devrais l’expulser naturellement dans les prochains jours. Je suis donc partie chez moi le cœur en miette. Les jours passaient et rien ne se produisait, donc 1 semaine plus tard je suis retourné à l’hôpital et qu’elle ne fut pas la surprise d’apprendre qu’elle était toujours là, bien en vie ! Donc mystère, peut-être que c’était une erreur du laboratoire ou peut-être que j’ai perdu le petit jumeau ou jumelle à Charlie-Anna, on ne le saura jamais.

Donc ensuite, comme j’avais des grossesses à risque, j’ai passé pratiquement mes neuf mois couché, mais ce qui compte c’est que j’ai quand même réussi à avoir une belle fille en santé. Elle s’est accrochée. C’est ma petite battante. Je remercie le ciel. C’est le plus beau cadeau que la vie aurait pu m’offrir. Être une Maman, c’est la plus belle chose au monde.

Donc, justement on voulait un petit frère ou une petite sœur pour elle, mais la vie a décidé autrement. Aujourd’hui, au moment où je fais cette vidéo j’aurais presque 7 mois de grossesse. Cela m’aura pris tout ce temps pour vous en parler.

Dire que je l’accepte ce serait mentir, mais je comprends. Ça n’a pas été facile, mais je crois que la vie fait bien les choses et que tout arrive pour une raison et je pense que c’est ce qui m’a donné la force d’avancer. Je me dis que je n’aurais pas aimé mettre au monde un petit bébé malade et qui souffre, donc c’est peut-être mieux comme ça. Je ne dis pas que c’est plus facile à accepter, mais ça aide.

J’ai trouvé cette fausse-couche-ci beaucoup plus dure que les autres. Peut-être parce que je suis une Maman maintenant et que je sais comment on peut aimer nos enfants et j’aimais déjà tellement ce petit ange. Mais les premières fausses-couches ont été difficiles aussi parce que tu as tellement hâte d’être Maman et aussitôt que tu tombes enceinte tu as envie de le crier au monde entier. Tu as tellement d’espoir, tu te vois déjà le bercer, lui chanter des chansons, etc.

Mais quand la 2e et la 3e fausse-couche arrivent, le doute se met dans ta tête. Tu te demandes si un jour tu vas vraiment être capable de porter un bébé à terme. Sans penser à la déception de ton partenaire. Dave a toujours été incroyable, il m’a supporté, a été là pour moi à tout moment, mais ça reste que en tant que femme tu te sens responsable, coupable quand tu le perds. Même si on sait très bien que ce n’est pas notre faute, ce sentiment est là quand même.

Sans parler des hormones ! Une vraie montagne russe. C’est vraiment difficile de gérer toutes ces hormones, ces émotions, cette fatigue donc il faut vraiment y aller un jour à la fois.

Je n’avais pas envie d’aller fouiller là-dedans. Je tentais juste de le vivre sans trop y penser, mais je sais trop bien que si on veut vraiment passer à autre chose, il faut creuser, il faut en parler, admettre que ça fait mal et c’est à partir de là qu’on peut vraiment commencer à vivre son deuil.

Et c’est pour cette raison là que je vous partage mon expérience. Je sais que je ne suis pas la seule à avoir fait une fausse-couche. Je sais que je ne suis pas la seule à qui ça a fait mal. Pas la seule à s’être senti coupable. À avoir eu honte. À avoir été en colère. En deuil.

J’avais peur d’en parler parce que j’avais peur de me faire juger ou encore une fois de voir l’incompréhension dans le regard des autres mais je me dis que ce doit probablement être aussi LA raison pourquoi les femmes qui font des fausses-couches n’en parlent pas elles aussi.

Il y a des choses qui sont plus faciles à dire que d’autres, comme : j’ai de la peine ou je suis déçu ou même j’ai mal en dedans, dans tout mon corps parce que j’attendais ce petit être depuis tellement longtemps.

Mais il y a d’autres choses qui sont plus dures à dire comme : j’ai honte. C’est encore moi le problème. Je n’arrive pas à les garder, à les mettre à terme. Parfois, une jalousie insidieuse s’installe en moi, malgré moi, quand j’en vois d’autres qui peuvent tomber enceintes juste à regarder dans les yeux de leur partenaire. Je trouve ça injuste. Pourquoi tant de gens qui s’occupent mal de leurs enfants, ou pire, ne s’en occupent pas du tout peuvent en avoir 3 ou 4 sans aucun problème et moi non. Il est où le problème ? Elle est où la logique ?

Il n’y en a pas. Je le sais. Je comprends.

Mais parfois j’ai juste envie d’avoir mal, de me rouler en boule, de pleurer, de vivre ma peine.

Il faudra bien que ça passe.

Je le sais. Je comprends. Mais pour l’instant c’est ça. Et si vous êtes vous aussi dans ce stade et bien sachez que c’est normal et que vous n’êtes pas seule.

Je vous invite à partager votre histoire si le cœur vous en dit. Ensemble nous sommes plus fortes.

*** Faites une différence aujourd’hui ***

Souvenez-vous que plusieurs personnes visitent notre site pour apprendre, explorer et s’inspirer. Votre perspective est peut-être exactement ce dont une autre personne a besoin d’entendre pour trouver le courage de reprendre le contrôle de sa vie.

Si vous avez trouvé cette capsule vidéo ou cet article utile, s’il vous plaît partagez avec vos collègues de travail, clients, amis, membre de votre famille – quelqu’un à qui vous croyez peut bénéficier de ce support dans sa vie.

Un énorme merci de faire de cet endroit un lieu perspicace de soutien où l’on peut se sentir en confiance de partager ensemble.

  • Claudine
    Répondre

    Karine,

    Te connaissant personnellement je sais que tu es une très belle personne qui à bcp d’amour à donner et je suis toucher par ton témoignage ce matin. Comme tu le sais je vais être grand-maman bientôt et les craintes que tu apporte dans ton msg je le vie aussi. Je ne porte peut être pas mon futur petit fils mais à chaque stade de la grossesse je prie pour que bébé reste fort et qu’il s’accroche à maman. Je vais sûrement avoir ce sentiment jusqu’au jour de l’accouchement puisque ce petit être nous l’aimons déjà d’un amour inconditionnel. J’espère pour toi et Dave ainsi que la belle petite Charlie que votre famille s’agrandira un jour mais si Dieu le décide autrement dit toi que vs êtes déjà une très belle famille qui à bcp d’amour à partager et que votre bonheur et un baume sur votre peine .

    Avec amour Claudine ❤

    • Karine Ruel
      Répondre

      Merci pour ton beau message Claudine, c’est vraiment gentil <3 C'est vrai que nous sommes déjà extrêmement chanceux et on verra bien ce que la vie nous réserve. Félicitations à toi et Michelle et toute la famille pour ce petit coeur qui est en route! 🙂 Je comprends que ce soit stressant mais il faut rester optimiste. Je vous souhaite un beau bébé en santé. <3 XoXx

  • Annie Cormier
    Répondre

    omg ma belle Karine!! tu m’a fait pleurer ce matin !! on a tellement une histoire qui se ressemble ?tu m’a fait revivre mon histoire? mais ça fait du bien ?j’ai moi aussi fait 3 fausses couches 2 avant Gabriella et une avant Jayden ! la seule différence c’est que moi je les perds tard dans ma grossesse la 1 ere j’avais 4 mois et demi et la 3e je l’ai perdus à 3 mois !! la 2e c’était des jumeaux et je les ai perdus natuellement en début de grossesse? donc en plus d’avoir la peine de la fausse couche il a fallu des curettages ?
    Quand tu as parlé d’un faut diagnostic ou erreur peu importe moi aussi je ne saurai jamais la vrai raison également …. Gabriella a été déclarée morte à 8 semaines peut importe la raison mais heureusement elle était belle et bien accrochée!!! puisque que j’étais une maman a risque il a fallu que j’attende que je sois à ma 12e semaines pour mon écographie ? ce fut le plus long 4 semaines de ma vie !!! le jour de mon éco on était tellement stressé si j’aurais pu laisser ma bedaine dans la salle et moi sortir je l’aurais fait !! Bref quand on a vu ce petit ❤ pomper on était tellement heureux ?
    Pour Jayden ça n’a pas été une grossesse facile bcp de stress et de repos mais ça valu la peine ! Avant d’essayer pour un 2e bébé on c’était dit si ça marche pas ou si il y a une autre fausse couche on arrête ça là !!mais quand on est arrivé de bathurst après mon curettage j’ai demandé à mon mari qu’est ce qu’on fait ??? est-ce que c’est fini ?? il m’a répondu « NON » on essai une dernière fois et voila j’ai mon beau garçon ? je suis tellement contente qu’on a décidé de réessaer mais je vous comprends aussi de vouloir arrêté? Moi ausdi j’ai été chanceuse d’avoir un mari en or !
    Bon ce n’est pas de mes habitudes de raconter ma vie mais quand j’ai regardé ton vidéo ce matin je me suis dis il faut que je lui partage mon histoire pour lui montrer qu’on est pas seul a vivre cela ? et oui il en a des plus pire mais ça veut pas dire que notre histoire est moins triste ou moins douleureuse ❤ Sur ce je te souhaites une très belle journée avec ta petite famille ?
    Annie Cormier xxx

    • Karine Ruel
      Répondre

      Wow! Annie je n’avais aucune idée que tu avais dû traverser tout cela. Je suis vraiment désolée que tu aies eu à vivre cela. Ton histoire me touche beaucoup! Quel bonheur de savoir qu’au moins ça c’est bien terminé avec tes deux amours Gabriella et Jayden. Un énorme merci d’avoir pris le temps de m’écrire ce message, j’apprécie. C’est un bon point que tu soulèves quand tu dis que « il y en a des plus pires mais ça veut pas dire que notre histoire est moins triste ou moins douloureuse » et c’est un point dont j’aurais dû parler dans ma vidéo car justement, beaucoup de femmes ne veulent pas parler de leur histoire car « il y a pire que la leur » mais c’est très vrai que ce n’est pas parce que quelqu’un a une pire histoire que la nôtre, que la nôtre ne fait pas mal. Merci beaucoup encore une fois Annie. C’est un puissant message que tu nous a partagé <3

  • Renelle Chiasson
    Répondre

    Ma belle Karine, j’ai le coeur à l’envers à te lire….tu fais preuve d’un grand courage de te mettre à nue ainsi pour tes lecteurs. Et, oui, il faut en parler. Combien de femmes vivent ce deuil en silence, de crainte de se frapper à l’incompréhension. Et il s’agit bel et bien d’un deuil, tant pour la maman que pour le papa, qui souvent se sent impuissant face à la situation. Tu as le droit d’être en colère, d’être déçue, d’être triste et même d’être jalouse….mais essaie d’oublier la culpabilité, car tout cela est tellement plus fort que nous. Vit ton deuil mon amie, tu es entourée d’amour, tu as un petit miracle qui grandit près de toi et tu as le droit de te rouler en boule et de vivre ton deuil. Je t’embrasse très, très fort.
    Renelle xxx

    • Karine Ruel
      Répondre

      Merci beaucoup pour ton beau message Renelle <3 Ca n'a vraiment pas été facile de parler d'un sujet aussi personnel mais j'espère sincèrement que ça aidera les femmes qui sont dans la même situation que moi. Ca me touche beaucoup et ça m'a fait un bien énorme de te lire. Surtout sur la partie de l'incompréhension appréhendée et sur la chère culpabilité. Je pense que ce sont les deux points qui empêchent souvent les femmes de parler de leur histoire. Merci de les avoir souligné 🙂 <3 XoXx

  • Anita Leblanc
    Répondre

    Bonjour Karine, je te lis fidèlement et j’envoie tes vidéos à mes filles et à des amies lorsque je pense que le sujet pourrait les interesser. J’apprécie beaucoup tes courriels, tes opinions et suggestions font plein de bon sens et tu es très bien renseignée pour offrir ton support et ton aide. Merci pour tout ce que tu apportes aux gens qui te lisent ou te rencontrent.
    Comme Je suis mère de 5 enfants et grand-mère a 5 petits-enfants, ton article m’a énormément touché. Meme si Je n’ai jamais fait de fausses couches, Je connais plusieurs femmes qui en ont fait et parmi mes proches aussi. En te lisant ce matin, je suis tellement émue car c’est la première fois que quelqu’un se vide le cœur ainsi afin d’exprimer toute leur peine et toutes les émotions vécues lors d’une fausse couche.
    Ton article m’a permis de mieux comprendre et peut-être offrir un meilleur soutien aux femmes qui vivent une telle
    Merci Karine, tu es formidable.

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Anita,

      Un énorme merci pour ton beau message et pour ton soutien en partageant mes publications. Je suis certaine que tu fais une belle différence avec les gens de ton entourage <3 Ton petit mot m'a fait du bien et m'a fait réaliser que mon histoire n'aide pas seulement les femmes qui sont passées par le même genre de situation que moi, mais elle peut aussi aider les gens à comprendre ce qu'on vit. Merci pour cela. 🙂 XoXx

  • cath
    Répondre

    merciiii !! merci Karine pour cette petite vidéo, comment dire … si touchante 🙂 tu m’as beaucoup émue … et ca fait du bien, parceque je suis dans le même cas que toi .. 1 grossesse extra uterine, et 2 fausses couches en 6 ans … mais contrairement à toi je n’arrive pas a prendre la descision de passer à autre chose, quand je viens de faire une fasse couche, c’est ce qe je me dis et puis petit à petit l’espoir re nait … j’ai un merveilleux petit garcon de 7 ans mais pour qui comme toi la grossesse à été difficile, mais tellement merci qu’il soit là 🙂
    de tout coeur avec vous! on est pas seule 🙂

    • Karine Ruel
      Répondre

      Merci pour ton beau message Cath! Ca fait vraiment du bien de voir que nous ne sommes pas seules et qu’on se comprend. Je te remercie pour ton partage et je vous souhaite un jour d’avoir le bonheur d’accueillir un autre bel enfant dans votre famille <3

  • Annick Richard
    Répondre

    Ma chère belle Karine de mon coeur,
    La seul chose que je voudrais présentement serait de te serer fort fort dans mes bras. J’ai dont pleuré en lisant ton texte et en écoutant ta video. Je me suis tellement vu dans ton histoire qui ressemble à la mienne. Je sympathises tellement avec toi. Je comprend trop la peine que tu as en ce moment car c’est seulement avec le temps qu’on en guérit et parfois on se dit qu’on voudrait que le temps passe plus vite pour que la peine passe plus vite.?
    J’ai moi aussi vécu une phause couche avant d’avoir ma fille Hally-Gabrielle. Je te dirais qu’on a vécu ça très difficile moi et Alain. Ça m’as prit du temps pour être capable d’en parler. J’ai trouver que toute ce processus de fausse couche tellement long!!?
    J’ai commencé à saigner mais pas beaucoup. À l’hopital ont m’a dit que ce serait le temps qui allait décider si je le garderais. J’était tellement malade!!! Aucune énergie, nausée et vomissement. Pas drôle.? 1 sem après c’était toujours pareil. Mon medecin qui me suivait ma envoyer à l’hopital passer pleins de test et après 2 visite avec lui on a vu que mon taux d’hormones descendait et que je n’évacuais pas bébé naturellement. J’ai donc dû être endormit et on m’a fait un curetage.
    Ce sentiment d’avoir un être en toi mais qu’il ne vit plus. Son petit coeur s’est arrêté de battre. Moi qui voulait tand un bébé. Toutes mes amis autours de moi en avaient 1, 2 même 3. Pourquoi ça m’arrivait à moi??
    Une des choses que je trouvais le plus difficile à vivre était que pour appaiser ma peine, on me disait souvent: » Ahh bein, c’est mieux comme ça. Il aurrait été un bébé malade! »
    S’est arrivé pour une raison.
    Je comprenais leur façon de voir ça, mais ça me blessait énormément car je n’avais tellement pas le goût d’entendre ça. Ensuite je suis venu vraiment déprimé, j’ai eu de la difficulté à accepter. Combien n’en veulent pas ou plus du tout?? Pourquoi ça nous arrivais à nous???
    Je te dirais que ça été une grosse épreuve pour nous deux. Autant Alain que moi je penses. On l’a perdu à 12 semaines de grossesse.
    Alain m’a préparé un genre de moment ou petit événement où j’allait avoir la chance de le laisser partir. Il a acheté une lanterne qui s’ilumine et quand je me suis senti prête je l’aie laissé partir dans le ciel. Ça m’a fait du bien sur le coup mais pas pour longtemps. Ça seulement été le temps qui a venu appaisser et mettre un baume sur ma peine. 1 an après exactement je suis à nouveau retombé enceinte et j’avait seulement 1 semaine de différence exactement à ma date d’accouchement que la derniere grossesse. J’ai été encore beaucoup malade. Même hospitalisé tellement j’était rendu déshydraté à toujours vomir. Mais j’ai quand même bien vécu cette grossesse avec énormément d’amours. Belle accouchement et super belle expérience en allaitement aussi.
    Ce matin avec ton témoignage je penses beaucoup à toi. Donne toi du temps pour accepter tout ça. Tu as le droit de vivre ce deuil. C’est pas facile. Mais tu as la meilleures personne à tes côtés pour te comprendre et t’appuiyé. Je suis certaine que Dave doit sûrement être un amour pour toi dans cette épreuve.
    Je penses à toi, à vous deux. Donne toi du temps pour l’accepter…..tu as le droit.?
    Je vous aimes énormément?
    Annick xxx?

    • Karine Ruel
      Répondre

      C’est tellement un beau partage Annick, merci énormément! Je ressens tellement ta peine quand je te lis. Je te comprend. L’injustice qu’on peut ressentir est tellement intense pas moment. Mais on ne choisit pas toujours, c’est la vie qui choisi. Je trouve que le petit geste d’Alain pour t’aider à passer au travers de cette épreuve était très attentionné. Merci de l’avoir partagé, je suis certaine que d’autres femmes aimeraient sûrement faire ce petit « rituel ». Je pense qu’il peut peut-être aider à fermer une « porte ». Ton petit message m’a fait du bien, merci! <3 <3

  • Mathilde Callot
    Répondre

    Bonjour Karine,
    Je ne peux dire que merci pour ta sincérité et ton authenticité. Je suis moi-même maman de 3 enfants. Je n’ai fait aucune fausse couche. Pourtant j’ai attendu le premier longtemps et comme toi, je me suis posée mille et une question: est-ce que c’est de ma faute, est-ce que je suis capable de tomber enceinte, etc. Finalement est arrivé le 1er; puis le 2e et 3e sans rien vraiment demandé, comme si la machine avait juste besoin d’un essai pour bien fonctionner!
    Pourquoi je t’écris tout ça, certainement pas pour te narguer. Le père est parti à la naissance du 3e enfant et mon monde s’est écroulé! Je ne voulais pas de 3 enfants toute seule et si le premier avait tardé à venir parce que la vie essayait de me dire quelque chose… Finalement après des mois de travail sur moi, je sais maintenant que s’ils n’avaient pas été là, je serai partie, j’aurais fui pour ne pas me poser de question sur moi. Je travaille actuellement à me pardonner et à m’aimer et je suis reconnaissante envers la vie pour mon parcours et les difficultés sur le chemin et surtout pour mes 3 enfants. Je te souhaite un jour de pardonner à la vie, pardonner à toi-même ce qui est arrivé et surtout de vivre une vie remplie d’amour et de joie.
    Comme dirai ma coach « nos enfants nous choisissent » et chaque être que tu as porté t’as choisi pour de bonnes raisons, l’amour en étant probablement une.
    Avec gratitude et amour, un grand merci pour ton partage.
    Mathilde

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Mathilde,

      Merci beaucoup pour ce partage. J’aime beaucoup ta réflexion sur le message de la vie. Parfois, on essaie de tout comprendre tout de suite mais ce n’est que beaucoup plus tard qu’on comprend. Je te trouve courageuse d’avoir réussi à passer cette épreuve la tête haute. Encore une fois merci pour ce beau message <3 Xox

  • Jessy
    Répondre

    Quel coincidence, c’est arriver a mon amie ya 3 jours elle avais presque 5 mois :'( Je sais pas comment l’approcher je veux pas la blesser mais quand meme rester la pour elle. Et souvent j’entend les meme dire que c’était pour le mieux , etc… mais sans avoir experiencer tout sa je m’abstient, je pleur avec elle. C’est tellement incroyable de passer ces épreuves la. Je ne peux meme pas imaginer, merci de partager ton video <3
    xox

    • Karine Ruel
      Répondre

      Merci beaucoup pour ton message parce que tu es loin d’être la seule qui ne sait pas quoi dire lorsqu’une amie fait face à une telle situation. Je crois que parfois ce ne sont pas vraiment les paroles qui compte mais l’intention. Je pense aussi que les gestes simples comme: prendre le temps de l’écouter, la prendre dans tes bras et lui dire que tu es là, de l’appeler pour prendre de ses nouvelles, de lui emmener un café, des fleurs, lui envoyer un petit mot, etc. sont toutes de belles manières de lui démontrer ton empathie et ta solidarité envers elle.

      Encore merci pour ton petit mot <3

  • Jeannette Gionet
    Répondre

    Comme tu peux ten rappeller ou peut etre pas non plus Karine moi aussi jai faite une fausse couche avant Sasha javais exactement 12 semaine de faite la journee meme que je les perdue bebe X qui etait dans ma bedaine a desider darreter de grossire a 5 semaine 1/2 et je les porter tout se temps la quand meme jusuqua 12 semaine ???aujourdhui jaurait peut etre mon ptit garcon avec nous moi et Sasha mais dieux le sais ses lui qui a venue le
    chercher ils mon fait la meme episode quand jai tomber enseinte de Sasha ils disait que jetait entrain de faire une autre fausse couche car jai tomber enseinte pas longtemps apres ma fause couche qui se donnais le 7 de septembre 1999 et ils voulais me faire un curtage car javais 10 semaine et il voyait pas de coeur ou de bebe dans mon uterus alors 2 jours apres jai heux rdv a lhopital de Dalhousie dieux merci mon DR de famille pour passer un ultrason Gizele et ma mere etait avec moi la femme les a faite rentrer dans la
    salle et voila qui avait cette petite peanut la dans une televison qui venais de ma bedaine et nous fesait allo imagine si jaurait ecouter le
    specialiste a Bathurst il maurait voler Sasha de ma bedaine ??? je remerci le petit Jesus a tout les jours de mavoir laisser Sasha elle est mon petit miracle mais ya pas une journee qui passe que je je pense pas
    mon ptit ange qui est au ciel qui est partie bien avant davoir heux la chance de nous voir et nous conetre ?? mais jai un petit ange qui prend soin de moi la haut et je laime beaucoup comme si yetait avec nous moi et Sasha alors pert pas espoire ma belle Karine tu va avoir la chance detre une maman dun nouveau bb je taime bien gros prend bien soins de toi xxxx???? de Jeannette et Sasha

    • Karine Ruel
      Répondre

      Merci beaucoup pour ton partage Jeannette. Ce n’est jamais facile de perdre un bébé. Heureusement, Sasha s’est bien accrochée et aujourd’hui elle est là avec toi. <3 Prenez bien soin de vous aussi!! 🙂 XoXx

  • Nadine Robichaud
    Répondre

    Merci de ce partage Karine. Pour ma part, j’ai vécu plus de 10 ans d’infertilité relié à une condition nommée endométriose (chirurgie, insémination, in-vitro, etc…. et pas de bébé), j’apprécie grandement ton partage qui touche tellement de femme et de couple 🙁 Il faut en parler justement pour aider la guérison en soi et autour de soi.

    De plus, ma cousine vient de perdre son beau garçon Aedan à 35 semaines de grossesse 🙁 oufff quel tristesse 🙁 Un noeud dans le cordon ombilical 🙁

    Que de tragédies … Bon courage mesdames et nous en ressortons plus fortes <3
    Nadine

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Nadine,

      Ton histoire à toi et à ta cousine me touche énormément. Je vous envoi une énorme dose d’amour à toutes les deux. Merci beaucoup d’avoir pris le temps de partager ces histoires. Ensemble nous sommes plus fortes oui <3 <3 <3 Bon courage à vous aussi XoxXx

  • Line
    Répondre

    Ma fille s’appelle Charlie Anne. Après plusieurs tentatives in vivo et une fausse couche, j’ai eu le bonheur de mettre au monde mon ange. À 8 semaines de grossesse, j’ai passée une échographie et le médecin en résidence ne voyait pas Charlie!! Mon cœur à arrêté de battre et je me suis tourné vers mon mari pour lui dire que c’était fini…que j’arrêtais tout ça. À ce moment-là, la gynécologue est entrée et a refait une nouvelle échographie. Elle a tout de suite trouvée Charlie et j’ai maintenant une magnifique jeune fille de 13 ans.

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Line,

      Quelle histoire qui finit bien! 🙂 J’admire ta persévérance, cela n’a pas dû être facile de faire plusieurs tentatives in vivo en plus de la fausse couche mais quel bonheur de savoir que votre fille est là maintenant. En passant, j’adore son nom <3

      • Karine Ruel
        Répondre

        et merci d’avoir pris le temps de partager avec nous Line! 🙂 Xox

  • Sunshine
    Répondre

    Bonjour Karine,

    un grand MERCI pour ce partage d’expérience de la vie. Comme tu le dis si bien, rares sont les femmes ( et j’en fais partie) à parler de ça.
    Avec mon mari, cela fait 3 ans que nous voulons un enfant. L’année dernière, en fin d’année, enfin une bonne nouvelle : me voilà enceinte pour la première fois. Joie, euphorie, projection d’une chambre d’enfant à décorer… et lors de mon deuxième rendez-vous chez le gynéco, avec mon mari, nous apprenons avec désarroi que le petit cœur ne bat plus. Soudain, le ciel nous est tombé sur la tête. Au lieu d’entendre son cœur battre, se fut le silence total. Et nous voilà reparti avec des cachets pour expulser le fœtus… Nous étions à la fin du deuxième mois. L’expérience fut douloureuse, d’autant plus que nous l’avons annoncé à personne de notre entourage. Depuis ce jour, et ça va faire un an, je ne suis plus tombée enceinte. Je suis peinée et cela me devient difficile de voir des bébés, des femmes enceintes ou d’entendre nos proches, nous annoncer qu’ils attendent un heureux événement.
    Aujourd’hui, et ce depuis 1 mois, nous sommes passés à la procréation assistée. Ce qui veut dire : stimulation ovarienne, des piqûres, des cachets à prendre, des hormones qui vous jouent des tours et l’insémination des spermes par le gynéco. Hier, c’était le jour de la prise de sang pour savoir si cela avait fonctionné. Verdict : aucune grossesse détecté.
    Autant vous dire que mon moral est en berne… Vous lire aujourd’hui, m’est d’un réconfort. Alors, MERCI d’avoir osé soulever ce sujet tabou et douloureux. Je me dis que malgré ma vulnérabilité, partager nos expériences peut être une lumière dans l’obscurité.

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Sunshine,

      Votre histoire me touche énormément. Je suis extrêmement désolée de la mauvaise nouvelle que vous avez reçu hier. J’admire votre courage de partager votre histoire avec nous. Je crois énormément dans le pouvoir de guérison du partage. Lorsqu’on s’ouvre et qu’on en parle, surtout à des gens qui nous comprennent et nous soutiennent, je crois aussi que ce peut-être une lumière dans l’obscurité. Vous l’avez très bien imagé. Je crois qu’il faut en parler plus parce que tellement de femmes sont dans votre situation et souffrent en silence. Vous avez eu un parcours très difficile mais je vous souhaite du plus profond de mon coeur d’avoir un jour dans vos bras cet enfant si attendu. Je vous envoi un giga dose d’amour et sachez que je pense à vous en ce moment difficile <3 <3 Merci de votre confiance et d'avoir partagé votre histoire <3 XoXx

Laisser un commentaire


Contactez-moi

Questions? Besoin d'aide? Envoyez message et je vous répondrai dès que possible.

Générer un autre code. captcha txt