Comment vaincre le syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur, également appelé complexe d’imposture, peut concerner n’importe quelle personne au cours de sa vie, même si les femmes ont plus tendance à en être victimes. J’ai moi-même souffert du syndrome de l’imposteur durant ma carrière professionnelle et il m’arrive encore d’avoir peur de ne pas être à la hauteur pour faire ce que je fais. Le complexe d’imposture est problématique pour les personnes qui le subissent, car cela représente un frein à leur carrière et à leur épanouissement. Voilà pourquoi je vais vous expliquer ce qu’est le syndrome de l’imposteur et comment le vaincre.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

La notion de syndrome de l’imposteur a été décelée par des psychologues à la fin des années 1970. Il a été défini comme un fantasme masochiste qui sape les mécanismes narcissiques et pollue l’existence des sujets affectés. Il peut toucher des personnes de différents milieux et de différents niveaux. Toutefois, des études affirment que les femmes qui possèdent de hautes responsabilités professionnelles ainsi que les enfants et les adultes à haut potentiel sont très sensibles à ce syndrome. Les personnes douées, intelligentes, très performantes et compétentes sont également fortement concernées par ce complexe. On estime qu’entre 60 et 70 % des personnes ont souffert du syndrome de l’imposteur durant leur carrière professionnelle.

Les personnes qui souffrent de ce syndrome doutent, à un moment de leur vie professionnelle, de la légitimité ou de la réalité de leurs succès. Bien qu’elles ne se reconnaissent pas sous l’appellation d’imposteur, elles reconnaissent pourtant subir tous les symptômes liés à ce complexe. Ce complexe est lié à une peur de réussir ou d’échouer qui devient une pensée handicapante et qui empêche les personnes de développer totalement leur potentiel. Elles sont inconsciemment convaincues de ne pas mériter leurs succès et fuient les possibilités de quitter leur zone de confort. Elles ont peur d’être démasquées un jour et vivent continuellement dans le doute.

Les personnes qui souffrent du syndrome de l’imposteur sont trop critiques envers elles-mêmes. Elles se demandent constamment « qui suis-je pour parler de cela ou pour faire cela ? ». Leur crainte d’être démasquées les pousse à utiliser des stratagèmes afin de cacher au mieux l’imposture dont elles se sentent coupables. Ainsi, les deux principaux stratagèmes connus pour masquer ce complexe sont :

— l’overdoing : cette stratégie consiste à travailler et à se préparer excessivement de façon à justifier ses réussites par son acharnement au travail et non à sa valeur ou à son talent

— l’underdoing : cette stratégie consiste à mal se préparer ou à procrastiner. Ainsi, la personne possède à l’avance une excuse pour lui permettre de justifier ses échecs. À l’inverse, en cas de succès, elle peut attribuer sa réussite à la chance.

Dans ces deux cas, ces stratagèmes renforcent le syndrome de l’imposteur.

Vaincre le syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur peut être vaincu, mais il nécessite certains changements d’attitude et un état d’esprit nouveau. Il faut dans un premier temps prendre conscience de ses pensées handicapantes et dévalorisantes. Pour les désamorcer, il convient de ne pas les juger ni de leur donner raison, et de les partager avec une personne de confiance qui pourra donner un avis objectif concernant vos perceptions. Il faut également effectuer une reprogrammation de son cerveau pour remonter son estime de soi. En effet, les erreurs et les échecs font partie de la vie et il faut les accepter. Le succès n’est pas toujours le résultat des compétences ou de l’intelligence d’un individu, mais plutôt de son état d’esprit qui lui permet de surmonter les difficultés, d’apprendre de ses erreurs et de progresser. Cet état d’esprit modifie la façon dont on se perçoit et nous rend plus indulgents envers nous-mêmes lorsque l’on se trouve en période d’apprentissage, propice aux erreurs et aux échecs.

Pour vaincre le syndrome de l’imposteur, il est également important de se focaliser sur ses forces, ses qualités, ses compétences et ses talents naturels afin de se percevoir de façon plus positive. Il faut se mettre en action pour sortir de sa zone de confort et pour tirer des enseignements de ces actions. Cela permet de combattre le complexe d’imposture. Pour mener à bien ces actions, il convient de :

— se fixer des objectifs réalistes, précis et atteignables : les objectifs personnels que l’on se donne sont une bonne façon de se mettre en action. En effet, cela permet de mesurer ses progrès, de jauger ses compétences et d’augmenter l’estime de soi. Cette méthode est plus efficace que la comparaison avec les autres ou la prise en compte des avis extérieurs

— montrer sa confiance en soi : pour démontrer sa confiance en soi, il faut maitriser le langage corporel. Des études ont démontré que le langage corporel influence la façon dont nous nous percevons ainsi que la perception des autres sur notre personnalité. Ainsi, une posture de pouvoir possède un impact réel sur le taux de cortisol et de testostérone, ce qui induit une hausse de la confiance en soi. Il est conseillé aux personnes souffrant du syndrome de l’imposteur de participer à des jeux de rôle qui les mettent dans des situations délicates, mais en adoptant une posture de pouvoir afin de chasser le complexe et de prendre confiance

Si malgré vos efforts le syndrome de l’imposteur persiste, il est possible de consulter un professionnel qui vous aidera à le vaincre. En effet, le manque d’estime de soi est un problème qui peut être complexe et qui peut posséder des racines profondes. Dans ce cas, l’aide d’un encadrement externe est fortement conseillée.

 

Est-ce que la peur d’avoir l’air d’un « je sais tout » vous a déjà stoppé ? Ou peut-être que vous vous sentez pris avec la version « qui est-ce que je suis pour parler de cela ou faire cela ?!? ».

Si vous avez déjà dû vous battre avec l’insécurité, s’il vous plait, partagez avec nous quels pratique ou outil vous a aidé.

 

___________________  Faites une différence aujourd’hui  _____________________

Souvenez-vous que plusieurs personnes visitent notre site pour apprendre, explorer et s’inspirer. Votre perspective est peut-être exactement ce dont une autre personne a besoin d’entendre pour trouver le courage de reprendre le contrôle de sa vie.

Si vous avez trouvé cette capsule vidéo ou cet article utile, s’il vous plaît partagez avec vos collègues de travail, clients, amis, membre de votre famille – quelqu’un à qui vous croyez peut bénéficier de ce support dans sa vie.

Un énorme merci de faire de cet endroit un lieu perspicace de soutien où l’on peut se sentir en confiance de partager ensemble.

Avec beaucoup d’amour et d’appréciation,

XO

Karine

Showing 14 comments
  • Manon Lyne
    Répondre

    Bonjour Karine,

    Ton article arrive à point en ce moment de ma vie…
    Merci beaucoup et passe une excellente semaine! ☺

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Manon,

      Bienvenue 🙂 Je suis bien heureuse de constater que cet article arrive au bon moment pour toi.

      Je te souhaite une merveilleuse semaine à toi aussi!
      XoX

  • Christiane
    Répondre

    Merci Karine je trouve toujours intéressant tes conseils et la rapidité de ta vidéo..D autant que l’on a le texte pour s’y réfèrer si besoin

    • Karine Ruel
      Répondre

      Merci beaucoup Christiane. J’essaie autant que possible d’être claire et concise dans mes vidéos. 🙂

  • florence
    Répondre

    Bonjour Karine,
    Tout comme pour Manon, ton article arrive au bon moment pour moi aussi !!!
    Je suis tout à fait comme ça :(, j’en suis tout à fait consciente même si je ne connaissais pas le syndrome…
    J’arrive à la fin d’un contrat « précaire », je postule pour en trouver un autre. Mais ce qui me plairait vraiment, c’est de vivre de ma passion : la création à base de laine et coton, le tricot !!! Mais voilà, je ne m’en sens pas capable bien qu’étant une experte en la matière…
    J’ai aussi une possibilité de racheter un commerce de laine d’une personne désirant prendre sa retraite, mais là encore, j’ai peur de ne pas être à la hauteur….
    Ou la la, j’ai du boulot à faire pour lutter contre moi même
    Bonne semaine
    Florence

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Florence,

      Je crois que chacun d’entre nous à dû faire face un jour ou l’autre à ce syndrome de l’imposteur. Il n’est pas facile de s’en défaire mais c’est possible. Faites-vous confiance. Il serait dommage de gaspiller un talent comme le vôtre. 🙂

      Bonne semaine à vous aussi!

  • Maryse
    Répondre

    Merci Karine!
    Je viens de comprendre bien des choses sur moi-même…tes conseils vont m’aider!

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bienvenue Maryse! Je suis vraiment contente de savoir que cette petite vidéo t’as aidé! <3

  • Butchy
    Répondre

    Merci pour cet article qui m’éclaire profondément sur ce que je ressent depuis quelques années. J’ai bien progressé dans mon entreprise, J’ai un poste a fonction managériale, mais malgré tous les compliments, tous les bons résultats, des notations dithyrambiques de mes hiérarchiques, j’ai tous les jours cette impression de « ne pas être a ma place » et d’être « sur-coté », cette peur de mal faire, ces doutes sur mes prises de décisions… Votre article va sans doute me permettre de bien avancer dans la reconquête de ma propre estime!

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Butchy,

      Bienvenue. Il y a aussi une grande part de perfectionnisme dans le syndrome de l’imposteur. Ce serait peut-être une belle piste à suivre pour vous dans la reconquête de votre estime. 🙂

  • Daphnée
    Répondre

    Je vis cela au quotidien, malgré 25 ans d’expérience dans mon domaine.
    Dans mon cas, j’ai tendance au « underdoing ». Cet envahissement de l’anxiété qui me paralyse.
    C’est hyper toxique.
    Mes stratégies:
    #1 me fixer un tout petit but, simple et très réaliste (mais pas nécessairement facile pour moi).
    Ça diminue l’anxiété de réussite. Donc j’ai l’énergie pour bien m’y préparer (au lieu de figer devant le défi, l’énergie n’allant pas sur l’anxiété, peut être diriger dans l’action)
    Et comme je le réussi, et bien je fais un autre PETIT pas.
    Chaque réussite m’aide à me solidifier. Ainsi, je peux continuer à me fixer des objectifs atteignables et avancer.
    #2
    Pendant « l’action », si ça me demande beaucoup d’effort de dépasser mon anxiété, je choisis de m’aimer dans le processus au lieu d’être dure avec moi. Je m’octroie des pauses, définie dans le temps pour ne pas stagner dedans. Pour reprendre mon souffle.
    Il y a un savant mélange d’équilibre entre douceur et fermeté avec soi-même. S’encadrer sans être rigide. S’obliger à avancer sans faire de quantum loop pour autant. J’y travaille chaque jour, en conscience, pour me dépasser avec amour, sans trop me mettre en danger… mais assez pour évoluer.

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour Daphnée,

      J’adore ta philosophie de vie. Je pense beaucoup comme toi. Il est important de se mettre dans l’action et d’avancer à petit pas sans trop se mettre de pression. Il ne faut pas perdre de vue notre objectif mais il faut aussi respecter son rythme et écouter son corps.

      Un énorme merci pour ton partage. <3 Tu feras très certainement la différence dans la vie d'une autre personne avec tes précieux conseils. 🙂

      Xx

  • Anonyme
    Répondre

    bonjour,
    Je suis dans une phase actuelle difficile ou je ressens beaucoup ce que tu décris ci-dessus. Je suis toujours dans le doute de moi-même, de mes actions, de mes choix… J’ai l’impression que ça m’handicape au travail, à la maison. J’ai peur que si je continue que ça pourrait me mener dans un trou où je ne veux pas aller.
    Que dois-je faire?

    • Karine Ruel
      Répondre

      Bonjour,

      Ton petit message vient beaucoup me chercher. Je comprend que tu sois épuisé de toujours douter de tout mais je t’assure que tu peux réussir à surmonter ces doutes et reprendre le contrôle de ta vie. Il y a plusieurs options qui s’offrent à toi si les petits trucs que je t’ai proposés dans cette vidéo ne t’aident pas assez.

      1- J’ai une autre capsule sur la Confiance en soi qui pourrait t’intéresser. La voici: https://karineruel.com/comment-parler-avec-confiance/

      2- Je te propose de jeter un oeil à la formation « En Confiance » que mon mari et moi avons créer. C’est une formation très complète qui vise justement à vous aider à reprendre confiance en vous, à briser les barrières dans votre tête qui vous empêche d’avoir confiance en vous et à bâtir une confiance en soi solide – pour la vie. Si ça t’intéresse, la formation « En Confiance » se trouve sur mon site web dans la section « Livres et Programmes » je te laisse le lien ici: https://karineruel.com/livres-et-programmes/

      3- Aussi, as-tu déjà pensé consulter avec un professionnel (psychologue, psychothérapeute). Parfois, le simple fait d’en parler peut t’aider énormément et cette personne pourra très certainement te donner des trucs qui sauront sûrement t’aider à reprendre confiance en toi.

      J’espère sincèrement qu’une de ces options t’aidera et que ça ira mieux bientôt, prends-bien soin de toi <3

Répondre à Karine Ruel Annuler la réponse.


Contactez-moi

Questions? Besoin d'aide? Envoyez message et je vous répondrai dès que possible.

Not readable? Change text. captcha txt
Bonne attitude